Croatie – Slovénie 2009 – III – (L’IDRIJCA)

Il s’agit d’un des tributaires majeur de la fameuse Soca qui est restée impêchable toute la durée de notre séjour en raison de fortes précipitations sur les Alpes. L’Idrijca qui prend naissance beaucoup plus au sud, souffrait d’un manque d’eau et d’une pression de pêche relativement élevée.


Les truites arc en ciel représentent le gros des captures sur ce cours d’eau.


Nous avons aperçu quelques marmoratas qui sont l’emblème des eaux locales, certaines étaient de taille plus que respectable. Le débit assez faible rendait ces poissons très méfiants, nos  plus efficaces streamers les laissèrent de marbre (si j’ose dire).


Même pour tromper les Arcs, il fallait insister sur les zones agitées de la rivière, avec des nymphes de petite taille. Il paraît que ces poissons ont fait souche, je ne saurais trop l’affirmer mais en tous cas il est question de poissons splendides ne présentant aucune trace laissant supposer un séjour dans un bassin bétonné. Beaucoup de farios prises sur la Gacka sont loin d’être en aussi bonne forme.


La pluie, toujours la pluie, allait considérablement compliquer l’affaire.


Affluent de l’Idrijca, la Baca, plus modeste, présente un régime plus torrentueux. Plus facile à pêcher, la fréquentation est supérieure à celle d’autres rivières de la région.


Toutes les espéces sont présentes sur ce parcours mais là aussi, la majorité des captures est constituée d’arc en ciel.


Pour pêcher la Tolminka, autre tributaire de la Soca, il faut une Caterpillar. Il paraît que l’érosion entraine d’importantes aluvions dans cette vallée et que l’extraction des galets est nécessaire. Toujours est-il que cela gâche la journée de pêche sur la partie basse du parcours  qui paraît, de loin, la plus intéressante.


Le coin vaut le détour, ne serait ce que pour séjouner à Vila Noblesa sur les hauteurs de Most Na Soci.


Vila Noblesa est le repaire de Branko Gasparin qui propose à ses hôtes, des bungalow comme celui sur la photo ci-dessus.

Branko qui est chasseur, pêcheur, cueilleur et sa famille vous régaleront, faisant de chaque repas un moment de fête et vous réserveront un formidable accueil.

Evidemment les cours d’eau, que nous n’avons pu pêcher pour cause d’intempéries, retrouvaient, comme la Sava Bohinjka ci-dessus, leur plus bel aspect quelques jours seulement après notre départ.

 

Ce n’est que partie remise.


 


 

5 commentaires.

  1. Cela dépend en grande partie des options que tu prends.
    Mais nous aurons l’occasion de parler de tout ça de vive voix.
    @+

  2. ça serais un grand plaisir d’y aller avec toi!!!il faut compter combien au niveau budget?
    Il faut prendre l’avion ou vous y êtes partis en voiture?
    Enfin, cette année c’est cuit car on est entrain de faire construire à côté de Castets dans les landes…mais peut être l’année prochaine!!!
    à voir…

  3. Salut Niko, je passerai le bonjour promis.
    Pour le jour où tu voudras y aller, on en reparle sans problème, ce sera avec plaisir.
    Cependant, le sujet n’est pas épuisé, il reste un 4éme épisode.
    @+

  4. ps: je crois reconnaître quelqu’un sur la photo avec la TAC ;o))) tu lui passeras le bonjour de ma part.
    @++

  5. Salut Didier!!!!
    Bien sympa ton petit reportage sur la slovénie!!!
    Tu vois, c’est une destination que j’aimerais connaître…je rêve de pêcher à l’étranger, ça viendra un jour…
    @ bientôt l’ami.

Les commentaires sont fermés.